Infinity War

Marvel intro
Salut les p'tits potes !
Ce soir je parle d'Infinity War, le dernier film de l'écurie Marvel. Initialement j'avais prévu de pas aller le voir. Déjà parce que je galèrais à trouver une voiture pour aller au ciné et parce qu'InThePanda ne l'avait pas plus kiffé que ça. Et étant donné que mon avis sur les films est souvent très proche de celui du YouTubeur, bah j'étais pas plus motivé que ça à faire le déplacement pour le voir en salle. Mais finalement ça c'est fait et à vrai dire je suis vraiment très très content d'avoir pu le matter sur grand écran parce qu'à mon sens ce film prend le contre-pied de tout ce qu'il s'est fait jusqu'à maintenant en matière de films de super-héros.

Donc avant de continuer, si vous avez pas vu ce film, cassez-vous. Parce que ça va spoiler sévère.
Tom Hiddleston Spoiler alert

Bien. Maintenant que nous sommes entre gens de vertue. Parlons un peu de tout ça.
Les dialogues, c'est du Marvel, on rigole bien.
La manière de filmer, c'est les frères Russo, les combats sont illisibles mais le reste c'est du relativement classique.
Le budget, un demi-milliard de dollars, on a des plans vraiment magnifiques, on a pas l'impression qu'ils ont grillé l'argent à la cantine.
Un mec se baigne dans de la thune

Mais alors dis-donc Jamie pourquoi est-ce que c'est mieux que ce que Marvel nous servait jusque là ?

Commençons par le début : la masse de personnages. Civil War s'était fait chier dessus à cause de ça... on nous avait vendu ce film comme un affrontement épique entre super-héros alors qu'au final on nous a servi un petit combat entre 10 pégus sur un aéroport. Mais sur Infinity War, on sent vraiment qu'il se passe un truc, que tous les persos que l'on suit à l'écran depuis 10 ans maintenant n'ont pas été développé pour rien.

Parce que c'est ça la grande force d'Infinity War : donner un intérêt à tous les films, bons ou mauvais, qui l'ont précédé. Dans ce film, quelque soit le coin de la galaxie duquel viennent nos personnages, quelque soit leurs passés ou leurs relations, ils sont tous menacés par Thanos.

Thanos... Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point ce mec est badass. Il est tellement convaincant. Ces sbires du Black Order mettent à l'amende tous les méchants de films tant ils inspirent la peur de par leur puissance brute et leur chara-design.
Thanos

Mais finalement, ceux à qui j'ai tiré mon chapeau en sortant de la salle, ce sont les scénaristes. Parce que soyons clairs tout de suite. Dès le départ, dès le Tesseract, ils savaient comment ça allait se passer. Et je ne peux que les imaginer, le vendredi soir en rentrant du taf, s'installants autour d'une pinte et s'amusants du fait que tout était lié. Les mecs se sont fait plaisir, parce que réaliser 19 films pour mettre en place la première partie de la fin de la troisième phase du MCU, c'est ce qu'on peut légitimement appeler "prendre son temps".

Mais surtout, je leur tire mon chapeau parce que sur ce film, le scénario ne s'est pas passé en mode "les gentils se préparent à affronter le méchant, les gentils affrontent le méchant, les gentils triomphent".
Non. Dans ce film, les gentils se sont fait botter le derche à grands coups de pompes. La menace leur tombe dessus sans prévenir si bien que ce film ne nous raconte pas vraiment comment les Avengers repoussent la menace mais plutôt comment la menace écrase nos héros.
Dès la première scène, Thanos renvoie Hulk chez sa mère, tue Heimdall et écrase Loki. A la fin, combat intense, Thanos claque du doigt, la musique s'arrête, la moitier de l'univers devient poussière et s'envole au gré du vent.

Deal with it

Et là j'ai faillit avoir un gros souci. Parce que les personnages dans Marvel ne crèvent pas. Mais là oui.
WAT

Mais autant se rassurer. Si pertes il y a eu, on peut raisonnablement se dire qu'ils vont revenir. Mais l'indice qui nous le montre n'est pas évident à repérer tant il paraît insignifiant sur les 2h40 de film.
Rappelons-nous rapidement la bataille sur Titan. Un petit peu avant pour être plus précis, quand Dr Strange se retrouve en trance, manipulant l'artefact qui contient la Pierre du Temps. Cette scène qui au premier abord paraît insignifiant nous montre en fait le Docteur qui passe les futurs possibles en revue.
C'est à mon sens pour cela que quelques scènes plus tard, il donne la Pierre à Thanos sous le regard choqué de Tony Stark en disant quelque chose comme "c'était le seul moyen". Par cette acte, il se condamne à mourir pour que Stark survive.

Bueno. J'ai dit ce que j'avais aimé, on va passer au moins bon.

JE S'APPELLE JE SERS À RIEN DANS CE FILM. Sans déconner, Groot n'avait pas le moindre intéret dans ce film, si ce n'est de faire un manche au nouveau jouet de Thor.

On aurait bien voulu avoir James Gunn à la réalisation des scènes avec les Gardiens. Parce que quand on a matté les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 avant de venir voir Infinity War, les couleurs paraissent très ternes.

Tony Stark, Steven Rogers et Bruce Banner s'essouflent.
Ca m'attriste de le dire, mais Tony Stark n'apporte plus grand chose au récit si ce n'est de propulser Peter Parker.
Steven Rogers a grandit. Du jeune arrogant il dégage maintenant une sagesse certaine. La be-bar qu'il arbore fièrement n'y est pas pour rien, mais ça lui donne un air fatigué. Je doute qu'il donne encore beaucoup.
Bruce Banner... On a eu quelques rebondissements intéressants récemment, mais je peine à imaginer voir Hulk encore longtemps vu la branlée qu'il s'est pris. En effet, le perso est intéressant de par sa force brut, s'il n'a plus les plus gros bras du champs de bataille, exit l'intérêt.

Bref, quelques défauts. Mais comparé à la fraîcheur qu'il apporte, les défauts ne sont que des détails.

See ya

Xavier Stouder

Read more posts by this author.